Mardi 29 janvier au soir, dans un bar branché de Chinatown, Valérie-Anne, jean, chemisier blanc et talons, s’affaire. Assise à l’entrée, puis debout sur un tabouret pour prendre des stories Instagram, la jeune brune de 31 ans multiplie les allers-retours, se faufilant entre les  deux-cents femmes réunies autour d’huîtres et de vin pour un apéro