La ferme du futur est new-yorkaise (enfin, presque !)

“6 500 mètres carrés, 12 étages, des kilomètres de rayonnages sous lumière artificielle et des capteurs partout pour veiller sur les végétaux vingt-quatre heures sur vingt-quatre !” Ainsi France 2 décrit-elle la plus grande ferme verticale et urbaine du monde. Elle est installée à Newark (New Jersey), dans la banlieue de New York. Selon la chaîne publique, salades, épinards et autres choux frisés sont récoltés jusqu’à trente fois dans l’année. Résultat, le rendement de ce potager high-tech est 400 fois supérieur à celui d’un champ ! “Les salades poussent sans terre et sans soleil, en aéroponie. Cela veut dire que l’on asperge les racines. Elles ne baignent pas dans l’eau. Par rapport à la culture en pleine terre, nous utilisons 95% d’eau en moins”, explique Marc Oshima, l’un des responsables de l’installation.

“C’est un rêve qui se réalise”

Pas peu fier, ce diplômé de l’université Columbia qui a fait carrière en marketing dans le jouet et les cosmétiques ajoute : “Nous sommes capables de faire pousser ces salades en douze et quatorze jours contre quarante-cinq jours dans un champ.” Le microbiologiste américain Dickson Despommier, qui participe à la visite, est bluffé. Celui qui a inventé le concept de ferme verticale il y a vingt ans en a le tournis : “C’est un rêve qui se réalise. Moi, j’en ai beaucoup parlé, et lui, il l’a fait !”

Incroyable mais vrai !
“En jouant notamment avec des lampes à diodes électroluminescentes (LED) rouges et bleues, les ingénieurs peuvent obtenir une roquette plus poivrée ou changer la couleur de la laitue…”

 

 

 

Source : le magazine “13h15 le samedi” du 23 février 2019, France 2. Photo : capture d’écran.